Dominique Trottier, journaliste et écrivain


Artistes congolais de talent !!!

Scène de rue typique à Kinshasa, dans les quartiers "riches". À gauche, des hommes transportent de la marchandise dans un "charette". Sur les accotements, il y a de petits commerçants assis à leurs kiosques sous leurs parasols. À droite, remarquez les trous le long de la rue : il s'agit des égouts, et il faut toujours porter attention pour ne pas y plonger le pied. Les édifices en construction, on ne sait pas s'ils seront terminés un jour. Entretemps, des gens y "squattent". La rue est pavée d'asphalte, un luxe ici. Enfin, les motocyclistes ne portent jamais de casques. Tout ça fait partie du charme et de l'exotisme de la RDC ! Si vous ne voulez pas être dépaysés, restez chez vous ! ;)

Kinshasa la poubelle

Eau "Obama"

Copyright © 2015-2016. Dominique Trottier. Tous droits réservés.

Octobre 2015

Fleuve Congo

Croyez-le ou non, l'eau des "gens pauvres" s'appelle ici l'eau Obama - Maison-Blanche.  La plupart des citoyens dans ce pays n'ont pas l'eau courante. Et l'eau courante n'est pas potable. Pour boire, il faut donc acheter l'eau. L'eau embouteillée est réservée aux plus "riches", compte tenu du coût de la bouteille. Les autres achètent donc de l'eau en sachet. La plus populaire est l'eau "Obama Maison-Blanche", comme vous pouvez le voir sur cette photo d'un sachet jeté par terre. 

Église - école

Jadis, on appelait la capitale "Kinshasa la belle". Aujourd'hui, on l'appelle malheureusement "Kinshasa la poubelle". Des ordures traînent dans la plupart des lieux publics. Beaucoup de gens jettent leurs déchets n'importe où, comme dans cette rue qui est relativement propre comparativement à plusieurs autres. J'aurais pu prendre des photos bien pire que cela, mais j'avais peur de me faire "lyncher". 

Partagez !

Ici, le terme "porteur d'eau" prend tout son sens. Des milliers de personnes, surtout des hommes, portent ainsi sur leur tête des bouteilles ou des sachets d'eau et de boissons gazeuses chaque jour, pour les vendre au coin des rues. Beaucoup de femmes et d'enfants portent surtout des fruits et des oeufs sur leur tête, aussi pour la vente (j'ignore encore pourquoi cette distinction existe).   

Des enfants de familles pauvres apprennent l'ABC de la vie, au propre et au figuré, dans cette église tout près de chez moi. Ils m'appellent "Papa Dominique", papa étant ici une façon plus sympathique de dire "monsieur". 

Ce peintre termine sa toile (derrière à droite) représentant l'arrestation de Patrice Lumumba, un héros national, qui fut le premier Premier ministre de la RDC à l'obtention de son indépendance, en 1960. Il a été assassiné peu de temps après. 

Copyright © 2015 Dominique Trottier. Tous droits réservés.

Deux oeuvres de Mukama Selerou qui me fascinent.

Radio Okapi

Pendant ce temps, mes collègues de Radio Okapi et moi avons la chance de passer une bonne partie de la journée à l'air climatisé. Ceci étant dit, il s'agit d'un travail essentiel pour l'établissement d'une véritable démocratie dans ce pays, afin notamment d'en arriver à une amélioration des conditions de vie de la population. 

Des ouvriers construisent une maison, avec des outils plutôt rudimentaires, sous une chaleur suffocante. Comme vous le voyez à l'avant-plan, les briques sont taillées à la machette !!!

À droite, l'artiste kinois Jospin Lohanga et sa sculpture hybride sur le thème de l'homosexualité. Il s'agit d'un mélange d'art traditionnel africain et d'art contemporain. Non seulement cette oeuvre est-elle magnifique : il s'agit aussi d'un acte de courage de la produire et de l'exposer dans un pays où l'homosexualité est encore un tabou honteux.   

Outils rudimentaires

Votre "humble serviteur" en compagnie du peintre Mukama Selerou, qui a su développer un style unique pour représenter les femmes avec amour. 

Scène de rue typique

Porteur d'eau

Au bord du fleuve Congo avec le plus sympathique et le meilleur chauffeur de Kinshasa, Jacques (Papa Jack), à l'emploi de Cuso International, l'organisme qui m'envoie travailler pour Radio Okapi au Congo-Kinshasa.  De l'autre côté du fleuve se trouve Brazzaville, la capitale de "l'autre" Congo.

P.S. Il fait 35 degrés Celsius "sur" cette photo, comme à peu près tous les jours.